Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb

Le « geste de tri » progresse sur la route des vacances mais des efforts restent à faire

Publié le - Mis à jour le 19 mars 2019

Environnement

tri

> Afin de contribuer à la sensibilisation des vacanciers, tous les vendredis et samedis du 1er juillet au 20 août, VINCI Autoroutes déploie un vaste dispositif d’animations ludiques et pédagogiques autour de l’environnement.

> Les 5 et 6 août sur l’aire de Port-Lauragais (A61 entre Toulouse et Narbonne) des ateliers sur le tri sélectif et le recyclage sont organisés en association avec Clip-it, une startup montpelliéraine qui se développe sur le principe de l’économie circulaire.

Le « geste de tri » progresse sur la route des vacances mais les pratiques restent inégales

Plus de 3 Français sur 4 (76 %) déclarent trier régulièrement leurs déchets sur les aires d’autoroute (en progression de 5 points par rapport à 2015), et plus d’1 sur 2 le fait même systématiquement (52 %). Une pratique favorisée par la présence de poubelles de tri sélectif sur les aires : 100 % des aires du réseau VINCI Autoroutes en sont équipées, ce qui a permis le recyclage en 2015 de plus de 200 tonnes d’emballages collectés.

La période des vacances semble toutefois inciter à un certain relâchement en la matière : si 96 % des personnes trient les bouteilles et emballages en plastique à leur domicile, ils sont en effet moins nombreux (78 %) à le faire sur leur lieu de vacances, et a fortiori sur les aires durant leurs trajets (66 %, soit 30 % de moins).

Parmi les personnes qui n’ont pas toujours le réflexe de trier, c’est le choix du moindre effort ou la méconnaissance des principes du tri qui sont invoqués en priorité : 67 % privilégient la poubelle la plus proche, même quand celle-ci ne permet pas de trier les déchets recyclables et 24 % disent hésiter sur le bac à utiliser. Un point positif à souligner néanmoins, les personnes totalement hermétiques au tri sont très minoritaires : seuls 4 % de ceux qui ne trient pas toujours considèrent que trier ne change pas grand-chose à l’état de l’environnement et 2 % qu’il s’agit d’une perte de temps.

tri

POUR EN SAVOIR PLUS