Skip to main content
En continuant à naviguer sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou technologies similaires par VINCI Autoroutes et ses partenaires afin d’améliorer votre navigation, permettre de réaliser des statistiques de visites et disposer de services et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts.

Breadcrumb

VINCI Autoroutes agit pour préserver la biodiversité : nouvelles vidéos

Publié le - Mis à jour le 13 janvier 2020

Environnement

Chiroducs et écoponts 

Chiroducs pour les chauves-souris, écoducs pour les batraciens et la petite faune, écoponts pour la grande faune, frayères pour les poissons... 

VINCI Autoroutes réalise de nombreux ouvrages pour préserver la biodiversité.

Explications en images sur ces infrastructures et leur fonctionnement.  


Les types d'ouvrages

VINCI Autoroutes construit des ouvrages dédiés à la faune sauvage pour lui permettre de traverser l’autoroute en toute tranquillité. Les écoponts, ces ponts végétalisés qui enjambent l’autoroute, sont utiles à l’ensemble de la faune. Les écoducs, petits tunnels sous l’autoroute, ou les banquettes dans les ouvrages hydrauliques, sont eux plus utilisés par la petite et moyenne faune : blaireau, renard, martre, fouine, belette, genette, putois, hérisson, lièvre, loutre, batraciens, reptiles...


Chiroducs

Pour éviter les collisions entre les véhicules et les chauves-souris qui traversent les autoroutes, VINCI Autoroutes a conçu et mis en œuvre dans la région de Niort (communes de Saint Pompain et Benet) un « chiro-duc », un ouvrage enjambant l’autoroute A83 au niveau d’une ancienne voie ferrée. Ce portique de signalisation légèrement adapté guide ainsi au-dessus du trafic ces petits animaux volants qui se dirigent en envoyant des ondes. Le suivi scientifique du dispositif a montré une augmentation significative du nombre de passages et du niveau de vol.


Ecoducs

Partager également le territoire avec la faune sauvage : c’est le défi que s’est lancé VINCI Autoroutes avec la construction de nombreux passages à faune, notamment des éco-ducs comme celui construit sous l’autoroute A87, sur la commune de Saint Laurent-sur-Sèvre en Vendée. Le suivi de ces aménagements montre qu’ils sont utilisés par de nombreuses espèces : blaireau, renard, martre, hérisson, genette, loutre, reptiles, batraciens…


Ecoponts


Corridors de déplacement pour la faune sauvage

Les dépendances vertes autoroutières, ces espaces linéaires continus qui bordent les autoroutes, méritent notre attention. Entretenues de manière extensive (peu de fauchage et quasiment pas voire plus du tout de désherbage), elles peuvent en effet servir de corridor de déplacement pour la faune sauvage. Elles présentent d’autant plus d’intérêt qu’elles jouxtent des milieux fortement modifiés par l’homme.
 


Frayère à brochets


Des hommes et des femmes au service de la biodiversité