Investir Un modèle économique de temps long

Un endettement maîtrisé

La pérennité du cadre contractuel des concessions permet d’inscrire dans la durée les investissements autoroutiers et leur financement. VINCI Autoroutes supporte ainsi une dette importante. Au 31  décembre 2017, l’endettement net de ses sociétés s’élevait à 21  milliards d’euros. Ce montant a baissé de 1,4  milliard d’euros sur un an. Dans des conditions de marché très favorables, les sociétés ASF, Cofiroute et Arcour (concessionnaire de l’A19) ont réalisé durant l’année quatre financements obligataires, pour un montant total de près de 2,7  milliards d’euros, optimisant ainsi le coût de la dette tout en allongeant sa maturité moyenne.

Un cadre de contrôle renforcé pour les concessions autoroutières

La loi du 6  août 2015 pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances (dite « loi Macron ») a réformé la gouvernance des contrats portant sur les concessions autoroutières en attribuant de nouvelles missions de contrôle à une autorité publique indépendante, l’Arafer (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières). Depuis le 1er  février 2016, l’Arafer assure le contrôle des procédures de passation et d’exécution des marchés de travaux, de fournitures et de services attribués par les sociétés concessionnaires, ainsi que le contrôle des procédures de passationdes contrats d’exploitation des installations annexes sur les aires de services. L’Arafer formule également des avis préalables sur les projets de concessions et leurs avenants, et assure un suivi économique et financier des concessions.

Comme le Plan de relance autoroutier, le Plan d'Investissement autoroutier prévoit la réalisation d'aménagements environnementaux tels que des écoponts.