S’engager Agir pour la sécurité routière ; promouvoir la culture et le patrimoine

La Fondation VINCI Autoroutes s'engage pour une conduite responsable

Multiples actions de sensibilisation

Créée en 2011, la Fondation VINCI  Autoroutes pour une conduite responsable a pour première mission de contribuer à faire évoluer les comportements sur la route et d’aider les conducteurs à être les acteurs de leur propre sécurité. Cette mission se concrétise par de multiples actions de sensibilisation menées sur le réseau, sur les ondes de Radio VINCI  Autoroutes et sur les réseaux sociaux, via notamment la plateforme roulons-autrement.com. En 2017, la Fondation a participé comme chaque année aux Étapes estivales en accueillant les voyageurs dans les espaces sieste, où ils pouvaient bénéficier des conseils de médecins spécialistes du sommeil. Étroitement associée aux journées nationales pour la sécurité des personnels des réseaux routiers et autoroutiers, la Fondation a organisé, en partenariat avec Autogrill, au moment des premiers départs en vacances de la Toussaint, l’opération « Faites le plein de vigilance », en offrant du café la nuit aux conducteurs sur les aires du réseau. Ces derniers ont pu échanger sur les risques de somnolence avec des spécialistes de l’Institut national du sommeil et de la vigilance – sachant que 50 % des accidents mortels sont provoqués par un épisode de somnolence ou de fatigue survenant entre minuit et 8  heures du matin. Cette tranche horaire ne concentre par ailleurs que 11 % du trafic autoroutier. La Fondation organise également des actions spécifiques auprès des conducteurs de poids lourds (opérations « Vis ma vie d’agent autoroutier », participation aux 24  Heures Camions) ainsi que des motards, en mettant à leur disposition des relais détente à l’occasion des grandes compétitions de motos (Grand Prix de France, 24  Heures du Mans, Bol d’or, Grand Prix de Barcelone).

Pendant l’été 2017, la Fondation VINCI Autoroutes s’est associée à la Fédération internationale de l’automobile pour déployer sur l’ensemble des aires de son réseau une campagne de sensibilisation aux risques de somnolence, portée par le joueur de l’équipe de France de football, Antoine Griezmann.
Les effets de la fatigue sur la conduite des motards

La Fondation VINCI  Autoroutes a publié en 2017 les résultats de la première étude mesurant l’impact du manque de sommeil et de la fatigue sur la conduite des motards. Menée en laboratoire, sur simulateur de conduite, par l’Institut de recherche biomédicale des armées et le Centre du sommeil et de la vigilance de l’Hôtel-Dieu (université Paris-Descartes), l’étude fait apparaître des modifications très significatives de la conduite sur autoroute chez les motards ayant subi une privation de sommeil. L’étude révèle 14  fois plus de risques de chute, 3  fois plus de variations de vitesse et 2  fois plus d’excès de vitesse, 2,6  fois plus de variations de la position latérale et 2  fois plus de franchissements de lignes inappropriés, avec une durée de déviation 3  fois plus longue. Elle montre également que la fatigue liée à une conduite prolongée entraîne une multiplication des erreurs dès 50  minutes de conduite.

Animation théâtrale sur une aire du réseau, abordant les thèmes de la somnolence, de l’inattention et de l’exemplarité des parents au volant.

Formations à la conduite responsable

La Fondation VINCI  Autoroutes propose aux entreprises de former leurs salariés au risque routier. Les formations s’appuient sur les études et les outils de sensibilisation de la Fondation. Elles reposent également sur l’expertise et l’expérience des préventeurs et des équipes opérationnelles de VINCI  Autoroutes. Elles visent à faire acquérir les connaissances et les réflexes d’un conducteur responsable (organiser son déplacement professionnel et préparer son trajet, savoir s’adapter aux différentes situations rencontrées sur la route, être attentif à soi et aux autres) et à informer sur les risques liés à la conduite et les moyens de prévention, en particulier sur le thème de la somnolence et de l’hypovigilance. En 2017, plus de 2 000  personnes ont bénéficié de ces formations, notamment au sein du groupe VINCI et des entreprises Toyota, Valeo Services, Eqiom et Kiloutou.

Baromètre annuel de la conduite responsable

La Fondation VINCI  Autoroutes a publié en février 2017, avec l’institut Ipsos, sa sixième enquête annuelle sur les comportements des Français au volant, réalisée auprès de 2 406 personnes représentatives des régions françaises. 58 % des Français (soit 3  points de plus qu’en 2016) considèrent que le nombre de personnes tuées sur les routes pourra encore baisser de façon très importante dans les prochaines années.

La conscience du risque d’inattention progresse : plus d’un Français sur deux (52 %) identifie désormais ce risque comme l’une des principales causes d’accidents mortels sur la route (+7  points par rapport à 2016). Pour autant, l’usage des outils connectés, sources de distraction pour les conducteurs, ne cesse de s’accroître : 39% (+3  points) des conducteurs admettent ainsi paramétrer leur GPS en conduisant ; 29 % (+3  points pour la deuxième année consécutive) envoient ou lisent des SMS et des mails au volant (49 % parmi les moins de 35  ans) ; 17 % (+2  points) reconnaissent signaler des événements en conduisant via une application (23 % en Île-de-France, soit deux fois plus qu’en Bourgogne-Franche-Comté et en Auvergne-Rhône-Alpes). La conversation téléphonique au volant est aussi très ancrée dans les pratiques : 40 % des conducteurs téléphonent avec un système de conversation Bluetooth, une pratique certes autorisée par la loi mais risquée, et plus d’un conducteur sur cinq (21 %) continue même ses appels avec son téléphone tenu en main, alors que cela est interdit depuis 2003.

Par ailleurs, les incivilités au volant continuent d’augmenter. 86 % des Français (+1  point) ont déjà eu peur du comportement agressif d’un autre conducteur. 68 % (+3  points) reconnaissent qu’il leur arrive d’injurier les autres automobilistes (76 % en Occitanie, contre 58 % dans le Grand Est). 37 % (+2  points) collent délibérément les conducteurs qui les énervent, et 27 % (+1  point) doublent à droite sur autoroute – une mauvaise habitude particulièrement ancrée en Île-de-France (48 %). L’usage intempestif du klaxon reste également fréquent chez plus d’un Français sur deux (53 %).

Professeur Damien Léger

Responsable du Centre du sommeil de l'Hôtel-Dieu

« Cette étude confirme que la privation de sommeil provoque une modification biologique dans notre organisme dès les premières heures. D'ici quelques années, nous aimerions proposer un outil simple d'autoévaluation. »

Des marqueurs salivaires témoins du manque de sommeil

Dans le cadre de son programme de recherche scientifique dédié à la prévention de la somnolence et de l’inattention au volant, la Fondation VINCI  Autoroutes a publié les enseignements d’une étude inédite sur le dépistage biologique de la privation de sommeil. Des travaux menés en laboratoire par le Centre du sommeil de l’Hôtel-Dieu – université Paris-Descartes ont révélé qu’une privation partielle de sommeil modifie des marqueurs biologiques présents dans la salive.

Précisément, l’étude a mesuré dans la salive les biomarqueurs sensibles à la dette de sommeil, tels que le cortisol et l’a-amylase, chez des sujets jeunes et en bonne santé. Des prélèvements salivaires ont été effectués après une période de deux nuits consécutives limitées à trois heures de sommeil par nuit (entre 3 et 6  heures du matin) et analysés à intervalles réguliers. Les résultats montrent des niveaux plus faibles de cortisol enregistrés dans la matinée (-37 %) et d’a-amylase enregistrés dans l’après- midi (-15  %) après la privation de sommeil, ces variations pouvant être analysées comme des indices biologiques du manque de sommeil. Ils confirment aussi que la privation de sommeil augmente l’inattention et le stress.

Espace sieste et présentation de l’application "Roulez éveillé" lors des Étapes estivales.